Lorsque l'on parle de systèmes de traite robotisée, les tables d’alimentation représentent l’un des points majeurs pour attirer les vaches au robot. Mais comment est-il possible de réaliser des économies avec les tables d’alimentation? Tout d'abord, définissons ces termes puisqu’ils concernent la traite et l'alimentation robotisées.

  • Table d'alimentation : allocation d’aliment visuellement illustrée par un graphique définissant la quantité d'aliments distribués quotidiennement aux vaches en fonction des jours en lait (JEL) et/ou de la production de lait.
  • Économie : la relation entre le réglage de la table d'alimentation basée sur la quantité/le coût de l'alimentation par rapport au revenu provenant de la production de lait à des JEL variables

Essentiellement, « trouver des économies dans vos tables d’alimentation » signifie investir dans l’alimentation au début et au pic de la lactation en fonction des courbes de lactation de votre troupeau pour optimiser la production durant ces périodes. Cela permet d'économiser sur les coûts d'alimentation en milieu et fin de lactation tout en capitalisant sur le pic de production de votre troupeau.

Laissez-vous guider par les courbes de lactation

L'un des plus gros pièges avec les tables d'alimentation est qu’elles peuvent limiter la façon dont une vache débute sa lactation, atteint son pic de lait, persiste tout au long de sa lactation et termine sa lactation. Plusieurs études démontrent qu'un pic de lactation plus élevé est corrélé à plus de lait sur toute la lactation. C'est pourquoi une évaluation des courbes de lactation devrait influencer l’allocation d’aliments pour obtenir une production laitière plus élevée et capitaliser sur le potentiel de chaque vache.

Lors de l’évaluation des courbes de lactation d’une ferme, il faut d'abord identifier quelle est la production au pic, les JEL au pic et ce, pour chaque parité. C'est là que vous pouvez savoir si les tables d'alimentation limitent la production d'une vache ou contribuent à son plein potentiel. Par exemple, des troupeaux robotisés où les vaches atteignent leur pic de lactation à 25 à 30 JEL peuvent avoir une limitation au niveau de leurs tables. Ces vaches limitent leur potentiel génétique de production puisqu’elles ne reçoivent pas les nutriments nécessaires pour atteindre le pic de lait attendu habituellement entre 50 et 90 JEL selon leur parité.

Advertisement

L'alimentation robotisée permet une meilleure précision des nutriments que chaque vache reçoit pour répondre à ses besoins. À l'aide de la courbe de lactation, vous pouvez gérer l'allocation de concentrés et amener vos vaches vers un pic plus élevé, tout en maintenant la persistance. 

Typiquement, pour les fermes à stabulation libre ou trafic guidé (alimentation en premier), les premiers JEL sont sur des réglages de concentrés fixes pour toutes les vaches. Entre 10 et 21 JEL, les vaches sont mises sur une table d'alimentation de production appelée « table défi », ce qui signifie que leur allocation de concentrés sera corrélée à leur augmentation potentielle de production; un besoin alimentaire légèrement surestimé à la production actuelle. Comparativement à une transition plus lente avec augmentation plus lente des concentrés après le vêlage, la table défi permet une production de lait plus élevée avec moins d’incidence de maladies métaboliques. Une vache fraîche vêlée a besoin de l'énergie contenue dans les concentrés pour compenser son bilan énergétique déjà négatif en début de lactation. Ceci est plus économique qu'un taux d'alimentation fixe élevé pour toutes les vaches fraîches jusqu'au pic et limite les changements de tables qui pourraient être compromettants pendant le pic de lactation.

L’ajustement des tables d'alimentation se fait davantage une fois que la vache a atteint le pic de lait et que sa courbe de lactation commence à se stabiliser et à diminuer progressivement. Des économies importantes peuvent être envisagées durant cette phase de persistance de la lactation. L’ajustement de ces tables avec une diminution des concentrés permet de continuer d’attirer les vaches de fin de lactation au robot et d’encourager les vaches à obtenir la plupart des nutriments dans la ration partiellement mélangée (RPM). C’est également à ce moment que les producteurs peuvent identifier les vaches qui maintiennent leur haut niveau de production jusqu'à 200 à 250 JEL et permettre aux tables d'alimentation de maintenir la production de ces vaches. Ces vaches ne maintiendront pas leur potentiel si les concentrés sont limités après 100 JEL. C’est pourquoi permettre à la courbe de lactation de guider la table d'alimentation peut optimiser la production de lait de votre troupeau.

Validez les tables d'alimentation et faites différents scénarios avec votre conseiller en alimentation 

  • Savoir exactement ce qu'il y a dans votre RPM
  • Valider la matière sèche (MS) sur tous les ingrédients
  • Nourrir le nombre précis de vaches par groupe
  • Calculer l'apport réel de matière sèche (CVMS)

Lors de l’évaluation des tables dans un programme de formulation laitier, il est essentiel de comprendre ce qu'il y a dans chaque bouchée de RPM qu'une vache va consommer. Cela permet, lorsqu’on connaît la consommation réelle de la RPM, de faire différents scénarios en jouant seulement avec les concentrés au robot selon la production souhaitée. Les logiciels de formulation permettent de calculer ensuite la production en énergie et acides aminés projetée pour chaque scénario. En faisant ces options, on s’assure que les tables d’alimentation pour les vaches hautes productrices sont aussi économiques que possible sans limiter leur potentiel. De plus, on réduit l’allocation des vaches à plus faible production pour également être aussi économique que possible à cette production sans affecter négativement leurs passages au robot. 

Demandez à votre conseiller en nutrition d'évaluer différents scénarios et le lait prévu associé, car c'est là que résident les économies.

Vérifier les paramètres supplémentaires du robot

  • Refus par vache et par jour
  • Aliments restants
  • Aliments consommés

Lorsqu'une vache se rend au robot mais n'est pas autorisée à être traite ou à recevoir des concentrés, cela s'appelle un refus. L’objectif idéal attendu se situe entre un et un refus et demi par vache par jour. Les refus sont importants, car il existe une corrélation directe entre les refus, la disponibilité de la RPM et les niveaux d'énergie de la ration. Par exemple, si les refus sont élevés, cela peut être une indication que les vaches recherchent de la CVMS ou de l'énergie supplémentaire. Après évaluation des visites/traites, du temps libre et des paramètres d'accès, vous pouvez choisir de modifier les tables pour maximiser les visites et les économies de coûts de production ou de ration, selon la plus grande opportunité.

Un scénario pourrait être d’ajuster la RPM pour que celle-ci apporte plus de nutriments et de créer une table d'alimentation plus efficace pour réduire les coûts. Cela permettra également aux vaches de se reposer plus longtemps au lieu de marcher jusqu'au robot, ce qui augmentera la production de lait. Si les refus sont faibles, il peut être possible de modifier les tables pour maximiser les visites et la production – si le temps libre le permet.

En outre, il est important d’analyser le pourcentage d’aliments restants et le pourcentage d'aliments consommés. Les aliments restants sont le pourcentage de concentrés que les vaches n'ont pas consommé pendant la journée par rapport à ce qui leur a été alloué. Les aliments restants doivent être compris entre 2 % et 8 %. Les aliments consommés, quant à eux, doivent se situer entre 92 % et 98 %.

Si les aliments restants ou les aliments consommés sont supérieurs à leurs seuils maximum ou minimum, il faut penser à revoir les tables d'alimentation, car il existe un gain potentiel d’économie. Vous pouvez approfondir l’analyse des données pour trouver quel stade de lactation ou quelle parité peut être responsable du fait que la moyenne est supérieure aux attentes. Cela vous aidera à cibler où l'économie des tables peut être réalisée. Si les aliments restants ou les aliments consommés sont inférieurs au pourcentage minimum ou maximum suggéré, vous pouvez limiter le potentiel de production de vos vaches.

Des économies au niveau de vos tables d’alimentation peuvent être obtenues grâce à une nutrition appropriée qui s'aligne sur les courbes de lactation de votre troupeau. Avoir une image claire de la production de votre troupeau ainsi que bien gérer les nutriments que vous alimentez se prêteront à des opportunités de réduction des coûts et à une efficacité améliorée.